J’ai grandi à Abidjan. Je me souviens de tout, de rien.
J’ai retrouvé mes histoires en revenant en Afrique de l’Ouest, cette fois-ci avec un appareil photo. J’avais 26 ans. Puis, j’ai eu envie de nouvelles contrées, d’îles éloignées, de paysages différents. A Saigon, où j'ai vécu quatre ans, j'ai photographié, beaucoup, toujours à 400 Asa.

France, 2020-2022, j’immerge mes photographies tirées en noir et blanc dans des grands bacs. Mélange de chimie, d'alchimie, le papier, la couleur, le grain se modifient, d’autres images se révèlent. Au sol ou sur mon chevalet, j’applique une peinture rose, une ligne acrylique blanche, une tache rouge. Je cherche. Surement pour revenir à mon histoire, à mes souvenirs : la douceur de ces matins vietnamiens, la force des rues de Saigon, la poussière de Dakar, la sensualité des femmes dans la lumière cramée, les routes d’Est en Ouest.

Les diptyques mesurent 140/90 cm
Les hauteurs mesurent 90/120 cm

place de village à Mogadouro, au Portugal en 2021 © Photo Deborah Metsch
place de village à Mogadouro, au Portugal en 2021 © Photo Deborah Metsch
place de village à Mogadouro, au Portugal en 2021 © Photo Deborah Metsch